Un client me parlait hier de l’importance de l’attention en entreprise. L’attention ou la tension lui rétorquais-je ? S’en est suivie une discussion sur la nécessité de l’attention pour maintenir une juste tension entre les membres de l’équipe.

En électricité, l’intensité du courant circule à travers un dipôle dépend de la tension à ses bornes. Plus la tension est élevée et plus l’intensité l’est aussi.

Le Larousse définit l’attention comme la capacité de concentrer volontairement son esprit sur un objet déterminé ; cette concentration elle-même est aussi comme la sollicitude, la marque d’intérêt.

Au-delà du jeu des sonorités, tension et attention convergent vers l’intensité du rapport entre les personnes d’une équipe.

Quelle tension est-ce que je mets dans l’équipe en mobilisant mon attention sur l’importance et la compétence des membres de l’équipe ? Une tension juste qui tient compte de chacun, de l’atmosphère dans lequel il souhaite évoluer et avec un rôle qui lui convient ? Les liens entre les co-équipiers seront alors pleins d’énergie, d’un courant dirigé vers la performance de l’équipe, la tension sera juste.

A l’inverse, la surtension pourrait être de mobiliser l’attention vers mon ego, insatiable d’énergie.  La tension s’élèverait toujours plus.

Ou bien, au contraire, ferait chuter le courant : l’attention se dirigeant ailleurs que vers les membres de l’équipe.

L’attention crée une juste tension quand elle fait sentir à tous que le travail de chacun sert le collectif.

Et vous quelle (a)tension mettez-vous dans votre équipe ?